Soing-Cubry-Charentenay

logo du site
  • Soing-Cubry-Charentenay
  • Soing-Cubry-Charentenay
  • Soing-Cubry-Charentenay

Accueil du site > Patrimoine - histoire > Eglise de Charentenay

Eglise de Charentenay

Eglise Saint Pierre de Charentenay (en gaulois « Carento »)

En 1242, Charentenay est mentionné dans le cartulaire (recueil de titres relatifs aux droits temporels d’un monastère, d’une église) de l’abbaye de Luxeuil les Bains. Paroisse du doyenné de Gy (jadis de Beaujeu) existant déjà au XVe siècle et dont le patronage appartenait au refectorier de l’abbaye de Luxeuil les Bains. Au concordat, elle fit chapelle de tolérance dépendant de Soing puis érigée en succursale par décret du 14 juin 1857, elle sera placée sous la protection de Saint Pierre. Eglise reconstruite en 1738, comme l’indique la pierre de fondation à la base sud du clocher carré à toit bulbeux. Le portail en plein cintre, assez simple est surmonté d’une niche abritant une statue de Saint Pierre (statue en pierre). Le porche sous clocher vouté abrite deux cloches : Philippe Antoinette1826 et Marie Anne 1875. Le deuxième portail en plein cintre à clef est encadré de pilastres (colonne). La nef unique est composée de deux travées voutées en berceau sur pilastres engagés ; deux toiles du XIXe siècle sont situées au dessus de la porte : Saint Pierre et Saint Paul ainsi qu’un crucifix datant du XVIIe ou XVIIIe siècle Trois pierres tombales ornent le sol, une au début de l’allée centrale, la 2e devant l’autel, la 3e à gauche, visible en partie sous les bancs devant la chaire. Le transept est aménagé de deux autels remontés au XIXe siècle avec des éléments de bois sculpté du XVIIIe siècle. Le sanctuaire est composé d’une travée et d’un chevet triangulaire. Le maitre autel « tombeau » est du XVIIIe siècle, peint en faux marbre avec l’agneau pascal. Grand retable à 6 colonnes cannelées corinthiennes en bois naturel et doré encadrant une toile représentant la remise des clefs à Saint Pierre sur laquelle les anges tiennent une tiare (couronne). Le tabernacle date du début XIXe. De beaux vitraux, venant de l’école de Metz (très rare dans notre région) sont signés Champigneulles, peintre sur vitre, Bar le Duc 1881.

eglise charentenay charentenay cloche charentenay

Merci à Mme Arlette Chojnicki



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF